Chars à voile et aéroplages

Au pied de la dune -il n’existe pas de boulevard à l’époque- l’activité se développe et en 1930 c’est au tour de l’institution religieuse Don Bosco, qui siège à Saint-Georges, d’offrir sous la coupe de son abbé, un curé d’avant-garde, un peu en conflit avec la paroisse, une « activité aéroplage », à ses pensionnaires de l’été. Les jeunes, une fois les cours terminés, chargent les voiles, tirent les engins, car l’Institution a son propre matériel, et descendent jusqu’à la plage par le chemin de la Goulette (il existe toujours). Et cette activité se poursuit au long de la décennie jusqu’à la fermeture de l’Institution en 1937. Du côté de Vallières circulent aussi les aéroplages royannais et notamment ceux de Monsieur Dufaure qui en pratique la location mais également ceux de particuliers comme Volette, Bobrie et d’autres… De nouveau la guerre sonne la mort des aéroplages sur la Grande Plage de Saint- Georges, celui de Monsieur Soulard est sous les décombres, d’autres sont abandonnés à jamais.

A l’issue des hostilités la pratique disparaît.

Depuis que les nouveaux adeptes ont remis le char à voile au goût du jour, l’activité s’est développée comme sport et plusieurs Saint-Georgeais et Saint-Georgeaises ont participé et remporté deschampionnats de France, d’Europe et du Monde…

Pour marcher sur leurs traces c’est assez simple… Initiez-vous au sein des deux clubs de Saint-Georges : Saint-Georges Voiles, Base Nautique, Grande Plage ou Latitude Char, Plage de Vallières.

Et pour en savoir davantage sur toute l’histoire des aéroplages et du char à voile à Saint-Georges- de Didonne, Royan, Saint Palais sur Mer, offrez-vous pour dix euros le livre « 85 ans de Chars à Voile et d’aéroplages sur la Côte de Beauté », disponible à la Base Nautique de Saint-Georges ou à l’Office de Tourisme.

Même l’été, à marée basse et lorsque le vent souffle suffisamment, les vacanciers peuvent voir évoluer sur les plages de Saint-Georges- de-Didonne des flottilles de chars à voile et s’initier au pilotage de ces engins poussés par le vent.

C’est au milieu des années quatre-vingts qu’une poignée de Saint-Georgeais, lassés de retrouver la plage abandonnée l’hiver, se rassemblent pour faire changer les habitudes locales. Ils créent une association et lancent le char à voile. Les premiers engins relèvent du bricolage ; on récupère des ferrailles, des roues, des voiles, des tubes, on soude, on coud… et l’on organise même sur la Grande Plage la première compétition, Les 2 Heures de Saint-Georges. Tout est étudié. On dispose des bottes de paille dans les virages, on organise des stands car il faut fréquemment faire des réparations…

Mais la surprise vient quelques années plus tard car ces Saint-Georgeais dynamiques croyaient bien avoir inventé quelque chose. Un vieux monsieur leur rend visite avec des photographies… des photographies anciennes, datant des années trente, montrant des chars à voile -qu’il appelait aéroplages- sur la plage !

Curieux et pas vexés nos amateurs entament des recherches et découvrent qu’en effet, sur le sable sur lequel ils s’en donnent à cœur joie tout l’hiver, plus de 70 ans auparavant roulait déjà un jeune garçon, Henri Camus. Henri est toujours Saint-Georgeais. Vite localisé il raconte son histoire et comme c’est un excellent dessinateur, doté d’une bonne mémoire, le voilà qui saisit ses crayons et ses pinceaux et peint deux petites aquarelles -dont l’une commentée- du char à voile qu’il avait conçu avec un ami en 1908. D’autres témoignages arrivent signalant qu’un monsieur Soulard avait lui aussi fabriqué son aéroplage et l’incroyable photographie de Jean Jarousseau à côté de l’engin que lui avait construit son oncle pour les grandes vacances de 1913. Jean écrit une lettre dans laquelle il décrit minutieusement son expérience que la I° Guerre mondiale ne permettra pas de renouveler l’année suivante. Après le conflit la pratique reprend et les femmes ne sont pas en reste ! Madame Bourrier a le sien et Madame Musso pilote également tout comme Madame Line.

Article P. Dalmace
bouquin_2
Un siècle d’aéroplages et de chars à voile sur la côte de Beauté
Et pour en savoir davantage sur toute l’histoire des aéroplages et du char à voile à Saint-Georges- de- Didonne, Royan, Saint Palais sur Mer, offrez-vous pour dix euros le livre « 85 ans de Chars à Voile et d’aéroplages sur la Côte de Beauté », disponible à la Base Nautique de Saint-Georges ou à l’Office du Tourisme.
Office de tourisme Saint Georges de Didonne
12 RUE AUTRUSSEAU
05 46 05 09 73

Laisser une reponse