La triste fin du Régulus

Suspendues entre la terre et l’estuaire, les grottes troglodytiques creusées dans les falaises de Meschers évoquent le pont d’un navire immobile, le dernier étage d’un immeuble flottant, avec une vue imprenable sur l’histoire maritime. C’est sans doute pour cela que l’une d’elles, la grotte de Régulus, a pris le nom d’un navire venu sombrer à ses pieds en 1814. Le Régulus était un vaisseau français de deux ponts-trois mâts et de 74 canons, engagé dans la guerre navale opposant les Anglais aux armées napoléoniennes. En 1809, il avait participé à la bataille de l’île d’Aix, dite « affaire des brûlots », du nom des bâtiments en flammes lancés par les Britanniques contre la flotte française qui subit une sévère défaite. Il s’en était tiré de justesse après une vaillante résistance. Pour échapper au blocus anglais, il est conduit en 1814 de la rade de l’île d’Aix à celle de Royan par le Pertuis de Maumusson (entre l’île d’Oléron et la presqu’île d’Arvert) que l’on pensait jusqu’alors impraticable aux navires de cette taille. Pour cette échappée à hauts risques, le bateau était dirigé par le pilote royannais Antoine Bauchère. Bloqué par l’escadre anglaise, le Régulus, accompagné de deux bricks, est contraint de mouiller devant Meschers. Refusant d’abandonner les navires à l’ennemi, le capitaine de vaisseau Jacques Mathieu Regnauld donne l’ordre de les incendier. Ils se consument pendant plusieurs heures face aux falaises de Meschers.

Laisser une reponse